News

Open Letter: We call on France to take the lead on open contracting for infrastructure – including the Olympics – and reducing inequality to deliver the G7 goals

4 Jul 2019

We urge France to champion and advance a joint commitment to the principles and the practice of open contracting at the G7 Summit in August.

Dear President Macron,

As leading global open data and development organisations, we are pleased to see the progressive agenda for fighting inequality that France has set for the G7. We encourage you to make open, efficient and clean public contracting a key part of these discussions, as spending government’s limited resources wisely is essential for tackling inequality and for generating economic opportunity and innovation. 

One in every three dollars is spent by governments on contracting with private companies to deliver vital goods and services to citizens such as roads, schools, and hospitals. This huge expenditure is also governments’ number one corruption risk, particularly within the infrastructure sector given the complex, multifaceted and multi-year (often public-private partnership) projects. IMF research shows that there is – on average – a 30% efficiency gap between the money spent on infrastructure and its quality, significantly reducing the impact of public investments on the overall growth rate of the economy. 

As our economies have moved from paper-based to digital systems, public procurement must catch up to make sure no one gets left behind in the fourth industrial revolution. Public procurement is a cross-cutting issue across the many social barriers that underpin inequality. From lack of opportunities for women-owned businesses to bid for government contracts to the gender wage gap, access to quality healthcare, sustainability-driven financing for public infrastructure, and reduction of corruption – more transparent and data-driven public procurement can power the changes needed to incentivise public integrity and innovation.

The open contracting approach, and the Open Contracting Data Standard, can power the policies, mechanisms, and technology to ensure governments receive value for money on their investments and companies have a fair chance at winning government business. Effective feedback channels, smarter analytics and a transparent monitoring process can be used to engage business and citizens in improving the contracting process. This accountability is essential to improve trust between citizens and their government. 

Open contracting approaches have delivered benefits for countries world wide, saving Ukraine € 1 billion in procurement costs and cutting perception of corruption by half, improving access to quality school meals by diversifying contractors and breaking a € 20 million price-fixing scandal in Colombia, and helping Philadelphia to improve the efficiency of the free meals programme for school children at summer camps and people experiencing homelessness.

Here are some reasons why open contracting is critical for addressing societal challenges and social inequalities.

  • Gender inequality: Governments spend one-fifth of their budgets buying goods and services from the private sector, but women-owned businesses supply only 1% of this market. Governments should use their massive purchasing power to support women in business. By using an open contracting approach, governments can identify and fill gender gaps by involving women community leaders in the planning of extractive projects that may displace their communities, monitoring access to healthcare, and boosting the presence of women-owned small and medium-sized enterprises (SMEs).
  • Climate finance: With the landmark Paris Agreement, countries committed to mobilising 90 billion euros per year to assist developing countries in tackling climate change. As the volume of climate finance increases, so do the corruption risks, especially in procurement where international money flows are an easy target. Our research with Transparency International demonstrates that open contracting is essential to the effective delivery of climate change mitigation and adaptation projects, and in achieving long-term sustainable and transformational impact.
  • Health inequalities: Twenty-three per cent of global public health spending is on medicines, but estimates by the World Health Organisation (WHO) suggests that 10 to 25% of health procurement spending is lost to corruption. Five of the ten leading causes of inefficiency outlined by the WHO are related to procurement and it is said that 20-40% of health financing does “little to improve the health of everyday people.» In low- to middle-income countries alone more than an extra €330 billion a year is needed to reach SDG health targets by 2030. An open contracting approach can target corruption and make health systems more efficient, leading to better health outcomes for citizens. Open Contracting Partnership and Transparency International, funded by DFID UK, are working with 7 countries in Africa to reform public health procurement and tackle corruption.
  • Infrastructure: Implement full transparency and infrastructure that is ‘open by design’ through timely publication of open data throughout the entire lifecycle of infrastructure projects and contracts. Infrastructure underpins every aspect of human life. From transport systems to power-generation facilities, and water and sanitation networks, infrastructure enables society to function and economies to thrive. Building on two decades of experience, the Open Contracting Partnership and CoST-the Infrastructure Transparency Initiative have developed the Open Contracting for Infrastructure Data Standard (OC4IDS), a bespoke standard designed specifically for infrastructure projects and contracts.  
  • Supporting broader public procurement reforms in Africa: The Open Contracting Partnership have been working with many African countries including Cameroon, Côte d’Ivoire, Kenya, Nigeria, Senegal, South Africa, Tunisia, Uganda, and Zambia to improve procurement environments, embedding transparency and innovation to support the growing economies through Open Government Partnership, Extractive Industries Transparency Initiative (EITI), World Bank, and European Bank for Reconstruction and Development (EBRD) projects. Many countries in the continent are looking for ways to use public procurement and open contracting to drive social value such as inclusion of women-owned businesses, as well as the growth of SME’s and young enterprises. 

France has already established itself as a leader on open contracting. Through the leadership of Etalab, France is the immediate past Chair of the Contracting 5, a partnership to advance open contracting in collaboration with Argentina, Colombia, Mexico, the UK, and Ukraine, as Your Excellency highlighted during your 2017 UN General Assembly address. In addition, as of October 2018, the obligation to publish contract award information on all contracts above € 25,000 is an important first step toward publishing open contracting data. We recommend that both the national government and the city of Paris build on this obligation to publish in line with the Open Contracting Data Standard, also a commitment under France’s Open Government Partnership National Action Plan.

This is an exciting time for France, as Paris will host the Olympic Games in 2024. Paris 2024 has the opportunity to set a new global standard about how to do business and deliver complex projects through open contracting – providing transparency in the  public contracts connected to the Games, from their planning through to their completion. Open data will enable any official, business or citizen to follow the allocation, expenditure and delivery of public funds. It will enable small businesses to gain competitive intelligence and apply for more procurement opportunities, a factor key for the success of the Games. The vision of “Open Games” for Paris 2024 can serve as a landmark in integrity, effective delivery and sporting heritage.

We urge you to champion and advance a joint commitment to the principles and the practice of open contracting at the G7. This is in line with G20 recommendations on Open Data for Anti-Corruption, the G20 High-Level Principles for Promoting Integrity in Public Procurement and Beneficial Ownership, the Business 20 Responsible Business Conduct and Anti-Corruption Policy Paper, the C20 2018 and 2019 anti-corruption and infrastructure recommendations,  and aligns well with the International Open Data Charter. The G7 is a chance for France to change the nature of procurement for the better, rebuild public trust and galvanise global leadership on transparent and innovative use of public spending for the public good. 

 

Signed

Open Contracting Partnership

Global Integrity

Humanist Institute for Collaboration with Developing Countries (Hivos)

The ONE Campaign

ARTICLE 19

Transparency International

Data Activist

 


Le sommet du G7 : l’occasion pour la France de s’investir et de s’engager dans la lutte contre les inégalités grâce à la transparence de la commande publique 

Monsieur le Président de la République,

Nous sommes plusieurs organisations internationales fer de lance du mouvement de l’open data et du développement, et nous nous réjouissons de voir la France mettre la lutte contre les inégalités à l’agenda du sommet du G7.

Nous vous encourageons à faire de l’ouverture, de l’efficacité et de l’intégrité de la commande publique un point central lors de ces discussions, d’une part parce que nous constatons qu’il est essentiel d’utiliser les deniers publics à bon escient dans le but de lutter contre les inégalités mais aussi dans celui de stimuler l’innovation et le développement économique. 

En moyenne dans le monde, environ un tiers du budget d’un pays est dépensé en achats de biens et de services à des entreprises privées, afin de fournir des services publics essentiels aux citoyens tels que l’entretien et la construction de routes, d’écoles et de services de santé.

Ces dépenses colossales peuvent également constituer un risque de corruption majeur. Ce risque peut particulièrement affecter le secteur de la construction et de l’exploitation des infrastructures, dans lequel se déploient des projets souvent complexes; multiformes et pluriannuels (et souvent contractualisés sous forme de PPP). Un document de travail du FMI portant sur l’efficacité de l’investissement public et publié en 2015, montre qu’il existe en moyenne un écart d’efficacité de 30% entre les dépenses consacrées aux infrastructures et leur qualité, ce qui a pour effet de réduire considérablement l’impact des investissements publics sur le taux de croissance global de l’économie.

Alors que nos économies sont sur le point d’achever leur transition numérique, les marchés publics doivent rattraper leur retard en la matière afin que personne ne soit laissé pour compte lors de la quatrième révolution industrielle. 

Les marchés publics peuvent apporter une réponse aux multiples barrières sociales qui sous-tendent les inégalités : favoriser l’inclusion des femmes dans le marché du travail en encourageant les entreprises fondées et dirigées par des femmes à se porter candidates, garantir l’égalité salariale dans les clauses sociales, l’accès aux soins de santé de qualité, ou encore favoriser le financement vert et durable des infrastructures publiques. Pour cela, et afin de piloter les marchés publics par la donnée, une évolution vers plus de transparence est nécessaire pour encourager l’innovation et l’intégrité publique.

L’approche d’ouverture de la commande publique proposée par Open Contracting Partnership, ainsi que la norme de données ouvertes Open Contracting Data Standard, peut donner de l’impulsion aux politiques publiques grâce à la technologie pour conférer à la puissance publique davantage de retour sur investissement, ainsi qu’un accès aux marchés publics plus équitable et plus juste. 

La mise à disposition d’information et de données permettrait aux citoyens de disposer de dispositifs de participation et d’analyses plus complètes et d’un mécanisme de veille sur les marchés publics plus transparent. Cette redevabilité est essentielle pour tisser de nouveaux liens de confiance entre les citoyens et leurs représentants.

Les méthodes de publication de données liées à toutes les phases de passation des marchés publics proposées de Open Contracting Partnership sont éprouvées à l’international et ont en particulier bénéficié à l’Ukraine, qui a pu économiser un milliard d’euros en coûts d’approvisionnement et en quelques années réduire de moitié l’indice de perception de la corruption. De même en Colombie, l’utilisation de ces méthodes a permis aux enfants de Bogota de manger des repas scolaires de qualité, et ce en permettant aux acheteurs de diversifier les prestataires aux cantines, et de briser une entente de prix fixes à hauteur 20 millions d’euros. À Philadelphie, l’expérience a permis d’améliorer la distribution des repas gratuits pour les sans-abri et aux enfants des colonies de vacances.

Voici en résumé quelques raisons pour lesquelles l’ouverture des données de la commande publique est essentielle pour faire face aux défis de société et aux inégalités sociales : 

  • Les inégalités de genre : Les pouvoirs publics dépensent un cinquième de leur budget en biens et  services à destination du secteur privé, mais les entreprises appartenant à des femmes ne fournissent qu’ 1% de ce marché (d’après une étude du Secrétariat du Commonwealth intitulée “Genre, commerce et politique des marchés publics” ). Les pouvoirs publics ont la responsabilité d’utiliser leur pouvoir d’achat pour soutenir les femmes entrepreneures et dirigeantes. En utilisant l’approche de la commande publique ouverte, ils pourraient identifier et combler les inégalités de genre en renforçant la présence de PMEs dirigées par des femmes parmi leurs fournisseurs. 
  • La finance verte : Avec l’accord de Paris sur le climat, les pays signataires se sont engagés à mobiliser 90 milliards d’euros par an pour aider les pays en développement à lutter contre le réchauffement climatique. À mesure que le volume d’investissement par financement vert augmente, les risques de corruption augmentent également, en particulier pour les achats où les flux financiers internationaux constituent une cible facile. Nos recherches conduites avec l’ONG Transparency International démontrent que l’ouverture des données de la commande publique est un levier essentiel à la réalisation de projets visant à réduire durablement le réchauffement climatique et ses impacts.
  • Les inégalités en matière de santé : 23% des dépenses mondiales en santé publique sont consacrées aux médicaments, mais d’après les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 10 à 25% des dépenses en achats de soins relatifs à la santé seraient détournées par la corruption. L’OMS précise que cinq des dix principales causes d’inefficacité des systèmes de soin et de santé dans le monde sont liées aux achats et que 20 à 40% des dépenses liées à la santé «n’ont aucun effet sur l’amélioration de la santé de la population». Pour les pays à revenus faibles ou intermédiaires, plus de 330 milliards d’euros supplémentaires par an seraient nécessaires pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030. Une approche passant par l’ouverture des données de la commande publique peut cibler la corruption et rendre les systèmes de santé plus efficaces, entraînant de meilleurs résultats pour la santé des citoyens. Open Contracting Partnership et Transparency International, financés par le DFID au Royaume-Uni, collaborent avec 7 pays africains pour réformer les marchés publics de la santé et lutter contre la corruption.
  • Le secteur de la construction : La mise en œuvre d’une transparence totale et d’un secteur de la construction «ouvert dès la conception» peut devenir une réalité grâce à la publication en temps réel de données tout au long du cycle de vie des projets et des contrats. Tous les éléments essentiels à la vie en société dépendent du secteur de la construction : des systèmes de transport à la production d’énergie, en passant par les réseaux d’approvisionnement en eau et d’assainissement, les infrastructures permettent à la société de fonctionner et aux économies de prospérer. S’appuyant sur deux décennies d’expérience, l’Open Contracting Partnership et l’organisation CoST (Initiative pour la transparence du secteur de la construction) ont développé une norme de données ouvertes appelée OC4IDS, l’Open Contracting for Infrastructure Data Standard, une norme de publication de données sur mesure, conçue spécialement pour suivre les projets et les contrats de construction.
  • Afrique : soutenir des réformes plus ambitieuses sur la commande publique
    L’Open Contracting Partnership travaille à la réforme de la commande publique en Afrique avec de nombreux pays, notamment le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Nigéria, le Sénégal, l’Afrique du Sud, la Tunisie, l’Ouganda et la Zambie, en intégrant l’innovation et la transparence. Ce travail est effectué en collaboration avec nos partenaires, le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (OGP), l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE), la Banque mondiale et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

De nombreux pays du continent recherchent des moyens d’utiliser l’ouverture des données de la commande publique pour créer de la valeur sociale, notamment par l’inclusion des entreprises appartenant à des femmes, ainsi que la croissance des PME et des jeunes entreprises.

La France a déjà ouvert la voie en matière de commande publique ouverte à travers les efforts entrepris par Etalab, et a passé à la Colombie le flambeau de la Présidence du Contracting 5. Une alliance de pays impliqués dans la réforme de la commande publique, et comprenant l’Argentine, la Colombie, le Mexique, le Royaume-Uni et l’Ukraine, comme vous l’avez souligné lors de votre discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, en 2017. Par ailleurs, l’obligation de publier les données essentielles de la commande publique pour tous les marchés supérieurs à 25 000 € à partir du 1er octobre 2018 constitue un premier pas important pour élargir le périmètre des données concernées. Nous recommandons que les données déjà publiées au niveau national soient enrichies par une mise en correspondance avec la norme OCDS, l’Open Contracting Data Standard. En outre, cette recommandation fait écho à un engagement pris par la France dans le cadre du Plan d’Action National de la France dans le cadre du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert.

Cette démarche constitue une opportunité de taille pour la France, d’autant plus qu’elle s’apprête à accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de 2024. La France a l’occasion de les rendre exemplaires en instituant un standard international permettant de garantir la  qualité, la gestion et la livraison de projets d’envergure en assurant la transparence des contrats publics liés aux Jeux, de la planification des projets à leur livraison

La publication en open data permettra une meilleure circulation des données et un meilleur accès à l’information pour tout agent public, mais aussi pour toute entreprise ou citoyen impliqué dans la veille et le suivi de ces projets. Cette publication permettra aux plus petites entreprises de monter en compétence sur leur offre concurrentielle, d’acquérir de la confiance pour se porter candidates à davantage d’appels d’offres. En cela; elle contribuera ainsi au développement économique de la région, un facteur clé du succès des Jeux. Enfin, la vision de Jeux Olympiques et Paralympiques exemplaires servira de référence internationale en matière d’intégrité, d’efficacité et permettra d’asseoir un solide héritage au patrimoine sportif.

C’est pourquoi Monsieur le Président, nous vous demandons de proposer urgemment à vos partenaires du G7 un engagement commun qui viendrait renforcer la transparence de la commande publique, en tant que vecteur de lutte contre les inégalités.

Cette prise de position est conforme à la charte de principes en faveur de la publication des données publiques utiles à la lutte contre la corruption, signée par les pays membres du G20 en 2015, mais aussi aux Principes de haut niveau du G20 sur la promotion de l’intégrité dans les marchés publics, tous deux prononcés les 15 et 16 novembre 2015 lors de la réunion du G20, à Antalya (Turquie). 

Le sommet du G7 est une occasion pour la France de réformer la commande publique en profondeur,  de rétablir la confiance du public et de réaffirmer l’ambition collective en matière d’innovation et de transparence des dépenses publiques, au service de l’intérêt général.

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre haute considération.

 

Lettre signée par

Open Contracting Partnership

Global Integrity

Humanist Institute for Collaboration with Developing Countries (Hivos)

The ONE Campaign

ARTICLE 19

Transparency International

Data Activist